WikiLeaks sous pression c’est Amazon qui jette l’éponge

Publié le
 
Depuis dimanche le site WikiLeaks et Julian Assange son dirigeant sont le centre de l’attention de tous les médias et gouvernements du monde entier. Il faut dire que l’annonce de la mise en ligne progressive de 251.287 mémos de l’ambassade des États-Unis, le plus grand ensemble de documents confidentiels jamais libérés dans le domaine public a fait l’effet d’une bombe dans les grandes capitales et surtout du coté du gouvernement Américain.
WikiLeaks sous pression
Les mémos, qui datent de 1966 à la fin du mois de février de cette année, contiennent les communications confidentielles entre 274 ambassades dans différents pays à travers le monde et le Département d'État à Washington DC. 15.652 de ces mémos sont classés secrets. Une vraie bombe médiatique, avec une « distillation » de ces révélations sur les mémos au fur et à mesure.

Tout le monde semble vouloir la « peau » de Julian Assange a commencer par la Suède qui réclame son extradition pour l’entendre sur une affaire de viol présumé dont ce dernier se serait rendu coupable cet été, sans oublier l’avis de recherches international d’Interpol à son encontre et surtout les États-Unis qui mettent tout en œuvre pour essayer d’attraper le fuyard que certains appellent déjà le « terroriste » et « l’anarchiste. Et les autres pays ne doivent pas être en reste.



Et avec toute cette pression, c’est Amazon qui vient de jeter l’éponge. Amazon le site de vente en ligne, mondialement connu pour sa librairie très fournie est aussi hébergeur de sites Internet. WikiLeaks qui avait dû quitter son hébergeur Suédois après de multiples attaques de ses serveurs s’était tourné vers Amazon en début de semaine.

Mais face à une telle levée de boucliers, Amazon sous la pression gouvernementale américaine a décidé d’arrêter d’héberger WikiLeaks, ce dont le gouvernement américain c’est félicité en invitant par ailleurs tous les hébergeurs potentiels de WikiLeaks à faire de même.

Selon certains sites, c’est en Europe que serait actuellement hébergé le site. A ne pas en douter, la photo de Julian Assange, le dirigeant de WikiLeaks, doit être épinglée dans toutes les ambassades américaines. Selon le "Times", le fondateur de WikiLeaks se cacherait dans le sud-est de l'Angleterre.
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu!