x

Le rappeur français OrelSan déclenche la polémique

Publié le
 
Depuis ce matin la polémique enfle à propos du rappeur Orelsan et son morceau Sale Pute. Que ce soit les blogs, les responsables politiques, associations, tous sont unanimes pour dire que la chanson est une incitation à la violence sur les femmes. Et pour une fois toute cette agitation à un train de retard, le titre étant disponible sur la toile depuis plusieurs mois déjà en 2007 pour être précis.
Orelsan la polémique enfle
Mais sur Internet quand un buzz part au galop, tout le monde se lance dessus, à commencer par les politiques. Le ministère de la Culture et de la Communication a en effet demandé son retrait des plates-formes de vidéos. L’association Ni Putes ni soumises demande que le rappeur Orelsan ne soit pas au Printemps de Bourges fin avril, menaçant d'appeler à un boycott dans le cas contraire. Et je ne vous parle pas des blogs et autres sites qui se font l’écho de toute cette affaire qui n’aurait sans doute point vue le jour si certains blogs féminins n’étaient tombés dessus sans doute par le plus grand des hasards.

Pour essayer d’aplanir toute cette polémique il faut savoir que depuis cette chanson le chanteur à sortis un album en février dernier et ni le titre polémique, ni le titre Saint Valentin n’y figure. Oui les paroles sont vulgaires, oui ce genre de texte n’a rien à faire chez un disquaire, mais il faut reconnaître qu’il est un peu tard pour crier au loup.

Le site Voici rapporte par ailleurs que la maison de disque d’OrelSan a souhaité faire une mise au point sur tout ce déchaînement médiatique (cela passera sûrement au 20H) :

« Cette oeuvre de fiction a été créée dans des conditions très spécifiques relatives à une rupture sentimentale. Comme Orelsan le stipule dans l'introduction de sa chanson, ce texte met en scène un jeune homme qui, apprenant que sa petite amie l'a trompé, décide de noyer son chagrin et sa colère dans l'alcool. Sous influence, il se met alors derrière son ordinateur et écrit cette lettre en forme d'exutoire de la passion qui le dévore. Nous sommes alors exclusivement dans l'expression d'une pulsion que toute personne à qui ce type de mésaventure serait arrivé aurait pu être amené à ressentir dans ce genre de situation. En aucun cas ce texte n'est une lettre de menaces, une promesse de violence ou une apologie du passage à l'acte.
../..
Nous sommes désolés que ce texte ait pu choquer certaines personnes.
En aucun cas OrelSan ne se pose en agresseur de la gent féminine.
»

Internet, par cette affaire nous rappelle donc qu’il est devenu un média à part entière, média qui peut aussi avoir ses dérives dans un sens comme dans l'autre.
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.