Un site pour savoir qui peut vous dégrouper

Publié le
 
Degrouptest interroge les bases de données des opérateurs pour indiquer si votre ligne téléphonique peut être dégroupée et à quel débit vous pouvez prétendre.
Degrouptest.com. Le nom est explicite, il s'agit d'un site où vous pouvez tester l'éligibilité de votre ligne téléphonique chez les différents opérateurs présents en France. France Télécom, neuf telecom, Cegetel, Free et Telecom Italia. Inutile donc de chercher AOL et Club-Internet seulement fournisseurs d'accès. La procédure est simple, et ressemble à ce que certains opérateurs (comme neuf telecom et Cegetel) proposent déjà sur leurs sites Internet.

Vous saisissez un numéro de téléphone et en quelques secondes, Degrouptest vous dit tout. A savoir si votre ligne peut être dégroupée, donc, chez quel opérateur, pour quel(s) débit(s) mais aussi quel est votre répartiteur, quelle est la longueur de votre ligne entre ce répartiteur et votre domicile, le taux d'affaiblissement du signal, le type de DSLam, si vous vous trouvez en zone dense ou non et enfin le débit IP ADSL maximum possible sur votre ligne.

Evidemment, ce test ne fonctionne (et n'a d'intérêt) que pour les lignes appartenant encore à France Télécom puisqu'il sert à vérifier si cette ligne peut passer chez un autre opérateur. C'est le principe du dégroupage.

Toutes ces informations, Degrouptest les trouve à la source, auprès des serveurs d'éligibilité des opérateurs. « On récupère les informations, notre robot les analyse et on arrive à trier les résultats et à les restituer de manière relativement fiable , explique Renaud Keradec, créateur du site et par ailleurs l'un des responsables du comparateur de prix France Hardware. Le taux d'affaiblissement, nous le calculons nous-mêmes, en fonction de la distance et du calibre de la ligne. » Selon les critères de France Télécom, un taux d'affaiblissement inférieur à 34 décibels ouvre la voie à des débits entre 6 et 8,6 Mbit/s. Au-delà de 70 db, vous ne pouvez pas avoir l'ADSL.

« Nous testons les différents réseaux, pas les offres des FAI »

Le site reçoit cinq mille visites par jour depuis le mois d'octobre, date de la dernière version et d'une nouvelle évolution du robot. Le temps de réponse est depuis de moins de dix secondes. Mais Degrouptest commence à être victime de son succès. Trop de requêtes peut maintenant poser des problèmes de ralentissement des serveurs chez les opérateurs eux-mêmes, puisque les informations viennent directement de chez eux.

Le site fonctionne donc sur un système de cache. Pendant 48 heures, les résultats de la première requête sur chaque ligne sont enregistrés (mais sans stockage des numéros de téléphone). Si un internaute revient dans cet intervalle refaire un test pour la même ligne, les informations qui lui seront envoyées viendront du cache, pas des serveurs des opérateurs. « On économise comme ça un quart des requêtes », estime Renaud Keradec.

Degrouptest n'est cependant pas un guide d'achat. Il ne relaie pas les abonnements des FAI et n'aide pas à l'achat, comme le fait le site Ariase. « Nous testons les différents réseaux , insiste Renaud Keradec, pas les offres des FAI ».

Du coup, il faut bien comprendre une subtilité : si votre ligne n'est pas éligible au dégroupage, cela ne signifie pas que vous n'avez pas droit à l'ADSL. Un opérateur peut très bien proposer des forfaits ADSL non dégroupés, c'est-à-dire en revendant les accès de France Télécom. Par contre, si Degrouptest vous dit que vous n'êtes pas éligible chez l'opérateur historique, alors vous ne pouvez pas avoir l'ADSL.

A terme, il est prévu d'intégrer un test sur les réseaux câblés. Les opérateurs concernés ont été contactés. Mais la tâche se complique dès lors que des données supplémentaires sont nécessaires : le code postal, la commune, savoir si l'immeuble où habite l'internaute est raccordé ou non.

Le lien c'est ici :

http://www.degrouptest.com
 
Leblanc Cyril
Leblanc Cyril
En informatique, il y a soit des 0 soit des 1 le choix reste limité. Dans les actualités, le choix est vaste et il ne faut pas se contenter des articles sur Internet composés de 0 et 1. Comprenne qui pourra !

 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu!