x

Aujourd’hui c’est la journée mondiale sans Facebook et celle des maladies rares

Publié le
 
Nous sommes le vendredi 28 février 2020 qui est normalement la dernière journée du second mois de cette année, mais comme nous sommes dans une année bissextile, vous aurez droit à une journée supplémentaire demain. Ce vendredi est aussi la journée mondiale sans Facebook et pour ceux qui s’intéressent à la santé, vous devez être très nombreux en ce moment avec le Coronavirus ( Covid-19 ), c’est surtout la journée mondiale des maladies rares.
Journée mondiale sans Facebook
Nous sommes donc le vendredi 28 février, qui est entre autres, l’avant-dernier jour du mois de février (nous sommes en année bissextile). Et cette journée est aussi une journée particulière à plus d’un titre, car c’est aussi celle des maladies rares et la journée mondiale sans Facebook. Alors, allez-vous réussir à passer votre journée sans vous rendre sur votre profil ? Gageons que ce n’est pas gagné, mais à défaut de vouloir essayer de vous passer de Facebook et pourquoi pas de tous les réseaux sociaux durant toute la journée, vous pouvez essayer d’en savoir un peu plus sur la mucoviscidose ou la myopathie de Duchenne, même si pour la plupart, seules les informations sur le virus du Coronavirus vous intéresseront compte tenu des derniers chiffres de propagation en France et dans de nombreux autres pays du monde ces dernières heures.

Publicité

Une journée sans Facebook


C’est une idée qui au départ est au ne peut plus farfelu et qui peut s’avérer payante même s’il faut reconnaitre que l’engouement ne semble pas attirer les internautes plus que cela. Cette journée mondiale sans Facebook a pour origine le site de réseautage social lui-même, une journée qui a été proposée, non pas pour vous demander de ne pas aller sur Facebook, mais surtout pour faire prendre conscience de ce que peut être l’addiction, ici on parle de cyberdépendance. Cela devait normalement aussi montrer à la Firme créée par Mark Zuckerberg que sans ses utilisateurs, le site ne serait rien.

Pour faire simple, au cours de cette journée, vous devrez essayer de ne pas vous connecter sur Facebook et avec la multiplication des sites de réseautages sociaux, en faire de même sur Twitter, Snapchat, Instagram ou Pinterest et la liste est longue. Bref, vous devriez ne pas vous connecter du tout aujourd’hui sur Internet pour ne pas voir ou recevoir des notifications ce qui, il faut bien le reconnaitre, est loin d’être gagné.

À défaut de ne pas aller sur Internet aujourd’hui, vous pouvez toujours vous intéresser aux maladies rares, car c’est aussi la journée internationale des maladies rares et en profiter pour aller visiter le site « fondation-maladiesrares.org », ce qui vous permettra de mieux comprendre ce qu’est une maladie rare, un site Internet où vous pourrez y lire entre autres que « Les maladies rares concernent 3 à 4 millions de personnes en France et près de 25 millions en Europe ». La majorité de ces pathologies sont aussi dites « orphelines » parce que les populations concernées ne bénéficient pas de traitement.

Mais, compte tenu des informations de ces dernières heures, cette journée mondiale sans Facebook et consort risque de faire un bide en France et dans de nombreux pays, vous êtes très nombreux depuis quelques jours à rechercher des informations sur le virus du Coronavirus, sa propagation, les moyens de s’en prémunir, d’ailleurs certains en profitent en revendant à prix d’or des masques de protection ( voir Coronavirus - Quand les prix des masques de protection ont la fièvre sur Internet ). Et les chiffres de ces dernières heures ne sont pas là pour rassurer les populations, la psychose commence à gagner la France…
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.