x

Les corrigés de philo du bac 2023 selon notre stagiaire virtuel ! [fixé]

 
14/06/2023 10:26 #1
Nous avons demandé à notre stagiaire virtuel de répondre aux différentes questions, et même si cela n’engage que lui, vos propres réponses dépendront surtout de la perspective et de l'argumentation que vous avez souhaité développer, il y a autant de réponses possibles que de bachelier en fait.

Et vous ? quel réponse avez-vous donné pour le sujet que vous avez choisi ? Vous pouvez la mettre en réponse à la fin de ce topic, aucune inscription requise, un pseudo suffit !

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
Annonces
Publicité
anonyme
14/06/2023 10:27 #2
La réponse à la question "Le bonheur est-il affaire de raison ?" dépendra de la perspective et de l'argumentation que tu souhaites développer. Voici un exemple de réponse qui pourrait être proposée :

La question du lien entre le bonheur et la raison est un débat important en philosophie morale. Certains philosophes soutiennent que le bonheur est effectivement affaire de raison. Selon cette perspective, la raison est considérée comme l'outil principal pour discerner ce qui est véritablement bon pour nous. En utilisant notre faculté de raisonnement, nous pouvons évaluer rationnellement nos désirs, prendre des décisions éclairées et agir de manière cohérente en vue d'atteindre le bonheur. Les philosophes éthiques, tels que les stoïciens, soulignent l'importance de la vertu et de la sagesse, qui sont des qualités rationnelles, dans la recherche du bonheur.

Cependant, d'autres philosophes soutiennent que le bonheur ne peut pas être entièrement réduit à la raison. Ils mettent en avant d'autres aspects de l'existence humaine tels que les émotions, les passions et les expériences sensibles. Selon cette perspective, le bonheur ne peut être entièrement capturé par la rationalité, car il existe des dimensions de la vie humaine qui échappent à une analyse stricte. L'expression artistique, les relations interpersonnelles, les plaisirs sensoriels et même les moments de spontanéité peuvent jouer un rôle essentiel dans notre quête du bonheur.

Il est également possible de considérer que la raison et les émotions peuvent être complémentaires dans la recherche du bonheur. La raison peut nous guider en nous aidant à prendre des décisions éclairées, tandis que les émotions peuvent nous donner des indications sur ce qui nous procure du plaisir, de la satisfaction ou du contentement. Ainsi, une approche équilibrée qui tient compte à la fois de la raison et des émotions peut être nécessaire pour cultiver le bonheur.

En fin de compte, il est important de noter qu'il n'existe pas de réponse unique à cette question. L'interprétation du lien entre le bonheur et la raison dépendra des perspectives philosophiques que tu souhaites explorer et des arguments que tu souhaites développer dans ton essai. L'essentiel est de présenter une argumentation claire, logique et cohérente, en utilisant des exemples et des références philosophiques pertinents pour soutenir ta position.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
14/06/2023 10:29 #3
Lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, la réponse à la question "Vouloir la paix, est-ce vouloir la justice ?" dépendra de la perspective et de l'argumentation que tu souhaites développer. Voici un exemple de réponse qui pourrait être proposée :

La relation entre la volonté de paix et la volonté de justice est un sujet complexe qui a suscité des débats parmi les philosophes et les penseurs politiques. Différentes perspectives peuvent être explorées pour aborder cette question.

D'un côté, certains soutiennent que la volonté de paix est indissociable de la volonté de justice. Selon cette perspective, pour parvenir à une paix véritable et durable, il est nécessaire de traiter les causes profondes des conflits, qui souvent sont liées à des injustices sociales, économiques ou politiques. La justice peut être perçue comme un prérequis à la réalisation d'une paix véritable. Les philosophes politiques tels que John Rawls ont développé des théories de la justice qui mettent l'accent sur la nécessité d'une distribution équitable des ressources et des opportunités pour atteindre une société pacifique.

D'un autre côté, il est possible de soutenir que la volonté de paix et la volonté de justice peuvent être considérées de manière distincte. Certaines situations peuvent nécessiter des compromis et des concessions pour parvenir à une paix, même si cela ne correspond pas nécessairement à une réalisation complète de la justice. Dans des contextes de conflit aigu, il peut être nécessaire de mettre en place des mécanismes de réconciliation et de dialogue qui ne visent pas directement à établir une justice parfaite, mais qui cherchent à éviter les violences et les souffrances supplémentaires.

En outre, il existe des différences de perspectives sur ce que signifie la justice elle-même. Les théories de la justice varient considérablement, allant des approches basées sur l'égalité à celles qui mettent l'accent sur la reconnaissance des différences et des droits individuels. Par conséquent, la relation entre la volonté de paix et la volonté de justice peut être interprétée différemment en fonction de la conception spécifique de la justice que l'on adopte.

En conclusion, la relation entre la volonté de paix et la volonté de justice est complexe et peut être abordée de différentes manières. Il est important de présenter une argumentation claire, logique et cohérente, en utilisant des exemples et des références philosophiques pertinents pour soutenir ta position dans ton essai.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
14/06/2023 10:30 #4
Lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, la réponse à la question "L'art nous apprend-il quelque chose ?" dépendra de la perspective et de l'argumentation que tu souhaites développer. Voici un exemple de réponse qui pourrait être proposée :

La question de savoir si l'art nous apprend quelque chose est une question complexe et controversée en philosophie esthétique. Différentes écoles de pensée ont abordé cette question de manière diverse.

D'un côté, certains philosophes soutiennent que l'art a la capacité de nous enseigner des choses profondes et significatives. Selon cette perspective, l'art a la capacité d'exprimer des idées, des émotions et des expériences humaines d'une manière unique. Il peut nous aider à comprendre et à interpréter le monde qui nous entoure, ainsi que nos propres pensées et émotions. L'art peut également jouer un rôle dans la remise en question des normes et des valeurs établies, en nous invitant à réfléchir sur des questions existentielles et morales. De cette manière, l'art peut nous enseigner des leçons sur la condition humaine et susciter des prises de conscience et des réflexions profondes.

D'un autre côté, certains soutiennent que l'art est principalement axé sur l'expression et la création plutôt que sur l'enseignement direct. Selon cette perspective, l'art ne vise pas nécessairement à transmettre des connaissances factuelles ou des leçons morales explicites. L'expérience esthétique offerte par l'art peut être subjective et individuelle, et chaque personne peut interpréter une œuvre d'art de manière différente. L'art peut être apprécié pour sa beauté, son esthétique ou son pouvoir émotionnel sans nécessairement transmettre un message didactique spécifique.

Il est également important de considérer que l'art peut être une forme de langage symbolique qui dépasse les limites des mots et des concepts rationnels. Il peut évoquer des émotions et des expériences ineffables qui peuvent être difficiles à exprimer par d'autres moyens. Dans ce sens, l'art peut nous apprendre des choses qui ne peuvent pas être facilement formulées en termes cognitifs ou logiques, mais qui sont néanmoins profondément significatives.

En conclusion, la question de savoir si l'art nous apprend quelque chose ne trouve pas de réponse univoque. L'apport de l'art à notre compréhension et à notre apprentissage dépendra de la manière dont nous interagissons avec les œuvres artistiques et des perspectives philosophiques que nous adoptons. L'essentiel est de présenter une argumentation claire, logique et cohérente, en utilisant des exemples et des références philosophiques pertinents pour soutenir ta position dans ton essai.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
14/06/2023 10:34 #5
Lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, la réponse à la question "Transformer la nature, est-ce gagner en liberté ?" dépendra de la perspective et de l'argumentation que tu souhaites développer. Voici un exemple de réponse qui pourrait être proposée :

La question de savoir si transformer la nature équivaut à gagner en liberté soulève des questions fondamentales sur notre relation avec le monde naturel et le concept de liberté.

D'un côté, certains philosophes soutiennent que la transformation de la nature permet aux êtres humains de gagner en liberté. Selon cette perspective, la liberté est associée à la capacité de façonner notre environnement selon nos besoins et nos désirs. En maîtrisant la nature, nous pouvons créer des conditions plus favorables à notre épanouissement et à notre autonomie. Les progrès scientifiques et technologiques nous permettent de repousser les limites imposées par la nature, d'améliorer notre qualité de vie et d'accéder à de nouvelles possibilités de développement personnel. Ainsi, transformer la nature peut être considéré comme une expression de notre liberté humaine.

D'un autre côté, il est possible de soutenir que la transformation de la nature ne conduit pas nécessairement à une plus grande liberté. Certains philosophes soulignent que la transformation excessive de la nature peut entraîner des conséquences néfastes pour l'environnement et pour notre propre condition. En exploitant et en manipulant la nature sans discernement, nous risquons de perdre notre connexion avec elle et de compromettre notre propre équilibre écologique. La liberté véritable pourrait alors être envisagée non pas comme une domination de la nature, mais plutôt comme une relation harmonieuse et respectueuse avec elle.

En outre, il convient de réfléchir sur la notion même de liberté. Certains philosophes, comme Jean-Jacques Rousseau, soulignent que la véritable liberté réside dans notre capacité à vivre en accord avec la nature et avec nous-mêmes. Dans cette perspective, la recherche effrénée de la transformation de la nature peut conduire à une aliénation de notre nature essentielle et à une limitation de notre liberté authentique.

En conclusion, la question de savoir si transformer la nature équivaut à gagner en liberté suscite des débats et des réflexions philosophiques complexes. L'appréciation de cette relation dépendra des perspectives philosophiques que tu souhaites explorer et des arguments que tu souhaites développer dans ton essai. L'essentiel est de présenter une argumentation claire, logique et cohérente, en utilisant des exemples et des références philosophiques pertinents pour soutenir ta position.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
Annonce
REDimpact Spray Anti Agression de Poche Gel 40 ML - Taille Standard - Format : Sac a Main Femme, Manteau Femme, Sacoche Homme, Veste, Sac a Dos
19.95 €
REDimpact Spray Anti Agression de Poche Gel 40 ML - Taille Standard - Format : Sac a Main Femme, Manteau Femme, Sacoche Homme, Veste, Sac a Dos
Philips GC026/80 Rasoir Anti-Bouloche et Anti-Peluche - Noir et Or
14.99 €  12.99 €
Philips GC026/80 Rasoir Anti-Bouloche et Anti-Peluche - Noir et Or
Publicité
anonyme
14/06/2023 11:12 #6
Dans ce texte, Lévi-Strauss parle du concept de bricolage, en le comparant à celui de l'ingénierie. Le bricoleur, selon lui, est capable d'accomplir une grande variété de tâches, mais contrairement à l'ingénieur, il ne subordonne pas chacune de ces tâches à l'obtention de matières premières et d'outils spécifiques conçus en fonction d'un projet défini.

L'univers instrumental du bricoleur est "clos", ce qui signifie qu'il utilise les outils et les matériaux disponibles à portée de main, sans chercher à les adapter spécifiquement à un projet particulier. Ces outils et matériaux sont souvent hétéroclites, rassemblés de manière contingente à partir d'occasions de renouvellement, d'enrichissement ou de récupération d'éléments issus de constructions et de destructions antérieures.

L'ensemble des moyens dont dispose le bricoleur ne peut donc pas être défini par un projet spécifique, contrairement à l'ingénieur qui aurait besoin d'ensembles d'outils spécifiques pour chaque type de projet. Au lieu de cela, l'ensemble des moyens du bricoleur est défini par son utilité, c'est-à-dire que les éléments sont rassemblés ou conservés selon le principe selon lequel "ça peut toujours servir".

Ces éléments sont donc partiellement individualisés : ils sont suffisamment spécifiques pour que le bricoleur n'ait pas besoin des compétences et des connaissances de tous les corps de métier, mais pas assez pour que chaque élément soit destiné à un usage précis et déterminé. Chaque élément représente un ensemble de relations concrètes et virtuelles, ce sont des opérateurs qui peuvent être utilisés pour diverses opérations au sein d'un type donné.

En résumé, le bricoleur, selon Lévi-Strauss, est un individu capable d'accomplir diverses tâches en utilisant les outils et les matériaux disponibles, sans les adapter spécifiquement à un projet particulier. Son approche est plus flexible et opportuniste, rassemblant les éléments de manière contingente en fonction de leur utilité potentielle.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
14/06/2023 11:15 #7
Dans ce texte, Adam Smith aborde la question de la négligence et de la responsabilité morale. Il soulève l'idée qu'il existe un degré de négligence qui mériterait une punition, même si cette négligence ne cause aucun dommage à autrui.

Pour illustrer son point, Smith donne l'exemple d'une personne qui jette une grosse pierre depuis le haut d'un mur dans une voie publique, sans avertir les passants ni regarder où elle pourrait tomber. Selon lui, cette personne mériterait certainement une punition, même si aucun mal n'a été fait. Une police rigoureuse punirait une action aussi absurde. En agissant de la sorte, la personne fait preuve d'un mépris insolent envers le bonheur et la sécurité d'autrui, ce qui constitue une injustice réelle.

Smith affirme que la personne qui se rend coupable de telle négligence manifeste un manque de considération envers ses semblables, ce qui va à l'encontre des principes de justice et de vie en société. Ainsi, une négligence grossière est presque considérée, selon la loi, comme équivalente à une intention malveillante. Lorsque des conséquences malheureuses résultent de cette négligence, la personne est souvent punie comme si ces conséquences avaient été intentionnelles, même si sa conduite était simplement insouciante et insolente, méritant une punition.

L'auteur souligne également que dans certains pays, y compris dans la vieille loi écossaise, si une personne tue accidentellement une autre par une action imprudente similaire, elle peut être passible de la peine capitale. Bien que cela puisse sembler excessivement sévère, cela ne va pas à l'encontre de nos sentiments naturels. Notre indignation face à la folie et à l'inhumanité de cette conduite est exacerbée par notre sympathie envers la personne qui en souffre.

Cependant, Smith précise que rien ne choquerait davantage notre sens naturel de l'équité que de condamner un individu à la potence simplement pour avoir jeté négligemment une pierre dans la rue, sans nuire à personne. Il souligne ainsi la nécessité de maintenir un équilibre entre la responsabilité morale et la proportionnalité de la punition, en évitant des châtiments excessifs qui vont à l'encontre de notre sens de la justice.

Quand tu montres la lune du doigt, l'imbécile regarde le doigt.
cthierry
Tsonaute
membre
Inscrit
12/07/2002 08:37
De
Seine et Marne
Groupe :
Webmaster
Messages
15920
Vous souhaitez contribuer à ce sujet ?
Vous avez une réponse à apporter, vous avez une solution ?
Venez répondre !
C'est gratuit et aucun compte à créer pour répondre dans le forum.
Vous souhaitez poser une question ?
Vous avez une autre question, pour un nouveau sujet ?
Venez demander !
C'est gratuit et aucun compte à créer pour poser votre question dans le forum.
 
Vous avez trouvé cette réponse utile ? Partagez-la !