x

C'est la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel et le 30e anniversaire du programme Mémoire du monde

Publié le et mis à jour le
 
Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel, une journée pour mettre en lumière le fait que notre patrimoine est précieux, plus encore depuis qu’il est devenu dématérialisé. Cela sera aussi l'occasion de découvrir le travail de l’INA au quotidien pour conserver notre mémoire audiovisuelle. La Journée mondiale du patrimoine audiovisuel 2022 sera célébrée en même temps que le 30e anniversaire du programme Mémoire du monde et se déroulera du 27 octobre au 5 novembre prochain avec comme thème : « Mobiliser le patrimoine documentaire pour promouvoir des sociétés inclusives, justes et pacifiques ». En ce qui concerne l’expression du jour, vous pourrez dire à la pause-café que ce n’est pas la peine d’« en faire tout un cinéma », même si c’est la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Pour terminer le petit tour du BeMac de ce jeudi, le 298 et 299e « Before de la Machine à café » de ce vingt-septième jour d’octobre, nous fêtons la Sainte Émeline.
Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : libération de Paris ( INA )

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel ce jeudi


C’est une de ces journées qui nous fait dire que notre patrimoine est précieux et plus encore depuis qu’il est devenu dématérialisé avec son stockage sur disque dur, dans la mémoire de nos Smartphones, sur des clés USB. À l’ère du tout numérique, il est encore plus important de pérenniser les différents supports des sauvegardes pour que nos archives ne disparaissent pas de manière irrémédiable un jour prochain. Elles représentent un patrimoine inestimable que nous nous devons de conserver afin qu'il demeure accessible aux plus grands nombres, comme un héritage pour les générations futures.

30e anniversaire du programme Mémoire du monde


Cette année, la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel sera célébrée en même temps que le 30e anniversaire du programme Mémoire du monde, une célébration qui se déroulera du 27 octobre au 5 novembre prochain. Le thème en sera : « Mobiliser le patrimoine documentaire pour promouvoir des sociétés inclusives, justes et pacifiques ».

Publicité


Comme nous l’explique le site des Nations Unies, « Les archives audiovisuelles racontent les histoires de la vie et des cultures des peuples du monde entier. Elles représentent un patrimoine inestimable qui est une affirmation de notre mémoire collective et une précieuse source de connaissances dans la mesure où elles reflètent la diversité culturelle, sociale et linguistique de nos communautés. Elles nous aident à grandir et à comprendre le monde auquel nous appartenons tous. Préserver ce patrimoine et faire en sorte qu’il soit accessible au public et aux générations futures est un objectif fondamental pour toutes les institutions mémorielles et pour le grand public ».

L'Institut national de l'audiovisuel, mémoire audiovisuelle française


En France, nous avons la chance d’avoir l’INA, l’Institut National de l’Audiovisuel dont la plus ancienne archive est la voix de Gustave Eiffel enregistrée à la radio le 19 mars 1948, mais dont l'archive initiale date du 4 février 1891. L'occasion d'entendre le père de la Tour Eiffel, comme une sorte d’autographe vocal gravé sur cylindre et qui demeure à ce jour le plus ancien document sonore français conservé.

L’INA collecte, sauvegarde, numérise, restaure et valorise les archives de la radio et de la télévision françaises, soit plus de 70 ans de programmes radio et 60 ans de télévision. Vous pouvez en profiter pour vous « perdre » sur le site, confortablement installé dans votre fauteuil à la recherche du temps passé, où les émissions étaient diffusées sur l’ORTF en noir et blanc, regarder un reportage sur le pain qui coûtait 1 franc en 1976 et remonter petit à petit le cours de notre histoire télévisuelle jusqu’à aujourd’hui.

D’ailleurs, il y a sans doute des films super 8 qui dorment chez vous, quelque part dans un carton au grenier, au fond d’un placard ou d’une cave et qui ont le droit à une seconde vie, comme ceux de Maxime Lesur sur la libération de Paris, qui est l’illustration de notre article !

Publicité

L’expression du jour : en faire tout un cinéma


C’est l’expression qu’il faudra essayer de placer dans votre conversation du jour à la pause devant la machine à café : « en faire tout un cinéma ». Pour commencer, cette expression n’a vraiment rien à voir avec cette journée mondiale, même si l’on parle du 7e art. En fait, cela veut tout simplement dire que l’on en fait trop, que l’on exagère, que l’on est trop expansif dans ce que l’on fait ou dit.

C’est le genre d’expression que vous pouvez placer au travail à la pause-café pour parler de votre collègue qui a toujours tendance à vouloir trop en faire en essayant d’amuser la galerie à la pause.

( L’illustration de notre article provient d'une capture des images de la libération de Paris provenant de films inédits trouvés par Maxime Lesur dans sa cave, des images tournées par son grand-père )
 
Voir les commentaires  
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.