x

C’est la Journée mondiale pour le travail décent et plus de justice salariale

Publié le et mis à jour le
 
C’est la 12ème Journée mondiale pour le travail décent, qui cette année encore, sera une journée de mobilisation mondiale pour défendre les aspirations des travailleuses et travailleurs du monde entier au travail. Cette année, cette journée mondiale est dédiée à la justice salariale pour tous et plus encore ceux qui ont des emplois précaires. C’est aussi la Journée mondiale du Coton, pour célébrer sa culture et tous ceux qui gravitent autour, du producteur à l’industriel qui fabrique les tissus, jusqu’au consommateur. En ce qui concerne l’expression du jour, vous pourrez dire à la pause-café concernant cette journée qu’il y a de plus en plus de personnes qui ont l’air de : « travailler pour le roi de Prusse », surtout depuis le début de la crise sanitaire. Pour terminer le petit tour du BeMac de ce vendredi, le 285e « Before de la Machine à café » de ce septième jour d’octobre, nous fêtons la Saint Serge.
Journée mondiale pour le travail décent – usine d’un autre temps

C’est la Journée mondiale pour le travail décent


Nous sommes le vendredi 7 octobre et c’est la Journée mondiale pour le travail décent, une nouvelle journée de mobilisation pour les syndicats du monde entier afin que les ouvriers, employés puissent accéder à un travail sécurisé, convenablement rémunéré et bénéficient d’une protection sociale pour eux et leurs familles. La Journée mondiale du travail décent de cette année est consacrée à garantir la justice salariale pour tous les travailleurs. Mais c’est aussi une journée pour que les travailleuses et travailleurs puissent exprimer leurs revendications et leurs perspectives de développement et faire en sorte que les pauvres et les marginalisés soient entendus, alors même que la crise sanitaire et l’inflation font que les prix de l'énergie, de la nourriture et d'autres produits de première nécessité grimpent en flèche à des niveaux tels, qu’ils plongent des millions de travailleurs dans la pauvreté, même ceux ayant un travail décent.

Publicité

Une productivité des travailleurs qui a augmenté de 37 %


Pour l'Ituc-csi.org : « Depuis 2005, la productivité des travailleurs a augmenté de 37 % à l'échelle mondiale, mais les avantages économiques qui en découlent sont refusés à ceux-là mêmes qui produisent les biens et services sur lesquels reposent les économies et les sociétés. Pendant ce temps, la productivité du capital stagne, car les entreprises n'investissent pas dans la capacité de production dont ils ont un besoin urgent, préférant cacher d'énormes sommes d'argent dans des paradis fiscaux et financer des modes de vie luxueux pour les actionnaires et les propriétaires d'entreprise. Un petit nombre de multinationales dominantes continuent de se redistribuer la richesse au détriment des personnes et de la planète ».

Quand on y regarde de plus près, la mondialisation, qui aurait pu permettre de « lisser » équitablement le travail à travers le monde, n’a fait que renforcer la fracture sociale entre les pays riches et les pays pauvres. Il y a maintenant d’un côté les consommateurs des pays riches et de l’autre les petites mains, souvent payées un salaire de misère, qui travaillent parfois 7 jours sur 7, sans protection sociale ni sécurité. Une main-d’œuvre bon marché pour les entreprises qui souhaitent produire à moindre coût.

Le travail décent résume les aspirations des travailleurs


Pour l’Organisation Internationale du Travail : « Le travail décent résume les aspirations des êtres humains au travail. Il regroupe l’accès à un travail productif et convenablement rémunéré, la sécurité sur le lieu de travail et la protection sociale pour tous, de meilleures perspectives de développement personnel et d’insertion sociale, la liberté pour les individus d’exprimer leurs revendications, de s’organiser et de participer aux décisions qui affectent leur vie, et l’égalité des chances et de traitement pour tous, hommes et femmes ».

Publicité

573 nouveaux milliardaires depuis la pandémie


Pour terminer, il faut savoir que 573 nouveaux milliardaires ont émergé depuis le début de la pandémie. Ils contrôlent désormais 13,9 % du PIB mondial alors que chaque jour plus de 700 000 personnes de plus tombent dans la pauvreté. Et la crise sanitaire qui perdure avec la guerre aux portes de l’Europe ne va pas arranger les choses dans les prochains mois, sauf pour ceux qui vont encore une fois en tirer profit.

Qu'est-ce que le travail décent ? / What is Decent Work ?



C’est aussi la Journée mondiale du Coton


C’est un évènement mondial qui est fêté chaque année le 7 octobre pour célébrer le coton et tous ceux qui gravitent autour, du producteur à l’industriel qui fabrique les tissus, jusqu’au consommateur. L’objectif de cette journée particulière selon l’Organisation Mondiale du Commerce est de « mettre en avant son rôle dans la création d'emplois et le maintien de la stabilité économique dans les pays les moins avancés (PMA) ». Elle a pour objectif de promouvoir des politiques commerciales durables et de permettre aux pays en développement de tirer parti de toutes les étapes de la chaîne de valeur du coton. Mais le coton n’est pas si vertueux et blanc qu’il n’y parait, selon l’ADEME : « Le coton est la fibre la plus utilisée dans le monde pour la confection de vêtements ( 37 % de la production mondiale de fibres textiles ). La culture du coton nécessite beaucoup d'eau et de soleil ».

Pour produire 1 kg de coton, il faut entre 5 000 et 17 000 litres d'eau, c’est le 3ème consommateur d'eau d'irrigation de la planète après le riz et le blé et lorsque la pluie n’est pas suffisante, les producteurs n’hésitent pas à détourner l’eau des rivières, des lacs et pomper les nappes phréatiques pour irriguer les champs de coton. En quelques années, la mer d’Aral a perdu, à cause de cette pratique, les trois quarts de sa surface, ce qui a rendu l’eau plus salée et tué presque toutes les formes de vie présentes. La mer d’Aral était le quatrième plus grand lac de la planète dans les années 60, dans les années 70 elle avait perdu 9/10ème de sa surface.

AD--TSO

L’expression du jour : travailler pour le roi de Prusse


C’est l’expression qu’il faudra essayer de placer dans votre conversation du jour à la pause devant la machine à café : « travailler pour le roi de Prusse ». C’est l’expression que beaucoup de monde peut employer, la crise sanitaire et la flambée des prix n'ayant pas arrangé les choses. Et ce n'est pas les femmes et les hommes au foyer qui vous diront le contraire. On a de plus en plus souvent l'impression de travailler pour le roi de Prusse, travailler pour du vent en ce moment.

C’est aussi l’expression que l’on peut dire au travail, lorsque l’on travaille d’arrache-pied sur un dossier sans pour autant être payé en retour. D’ailleurs, certaines entreprises n’hésitent pas à faire travailler pour le roi de Prusse leurs employés en oubliant régulièrement de leur payer les heures supplémentaires, ce que dénonce aujourd'hui la Journée mondiale pour le travail décent.

( Temps de lecture : 4 minutes | L’illustration de notre article provient de Tama66 sur le site Internet Pixabay. Si l’image vous intéresse, vous pouvez faire un don sur le site avant de la télécharger )
 
Voir les commentaires  
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.