x

L’horloge de l’apocalypse « Doomsday Clock » est toujours à 100 secondes du jugement dernier

Publié le et mis à jour le
 
Ce dernier lundi du mois de septembre, c’est la Journée internationale pour l’élimination des armes nucléaires, alors que depuis plusieurs jours l’escalade verbale en Russie de Vladimir Poutine fait de plus en plus craindre une catastrophe nucléaire. Nous en avons profité pour vérifier si l’horloge de l’apocalypse, la « Doomsday Clock » aussi appelé l’horloge du jugement dernier, était toujours à 100 secondes ou si elle se rapprochait inexorablement de minuit, synonyme de fin du monde. En ce qui concerne l’expression du jour, vous pourrez dire à la pause-café qu’en ce début de semaine, le monde entier semble « être pris dans l’engrenage » du conflit en Ukraine, une guerre qui semble sans fin. Pour terminer le petit tour du BeMac de ce lundi, le 276e « Before de la Machine à café » de ce vingt-sixième jour de septembre, nous fêtons la Saint Côme et Damien.
Doomsday Clock : 100 secondes avant la fin du monde

L’horloge de l’apocalypse « Doomsday Clock » est à 100 secondes


Avec les évènements de ces derniers jours, le président russe Vladimir Poutine ayant annoncé la mobilisation partielle de l'armée de la Russie et en ayant profité pour réitérer ses menaces indirectes de l'utilisation d'armes nucléaires, l'on s'attendait à voir l’horloge de l’apocalypse changer d'heure, perdre encore quelques secondes et se rapprocher inexorablement un peu plus de minuit, synonyme de la fin du monde… la fin de l’humanité en théorie.

Mais, malgré le fait que le monde entier semble devenu complètement fou, que la guerre en Ukraine a encore gagné en intensité, depuis 2020 la « Doomsday Clock » n'a pas changé d'heure, le conflit aux portes de l'Europe ne semble pas avoir d'incidence... pour le moment sur la fin du monde. Tic-tac, tic-tac… Vous l’entendez le temps qui s’égrène doucement ? Nous sommes donc toujours à 1 minute 40 secondes de minuit, 100 secondes de notre propre fin, la fin de l’humanité.

Publicité

Condamnation du Bulletin Science and Security Board


Le « Bulletin Science and Security Board » a bien condamné l'invasion russe de l'Ukraine, mais avait aussi minimisé en mars dernier la menace d'apocalypse mondiale à court terme, estimant que cette dernière était de moins en moins susceptible de se produire au fil du temps. Sauf que ces derniers jours, l’escalade verbale de Vladimir Poutine en Russie fait de plus en plus craindre une catastrophe nucléaire. Lors de son discours à la nation, il a tout d’abord accusé les États-Unis et leurs alliés de se livrer au « chantage nucléaire », en terminant par un : « je tiens à vous rappeler que notre pays possède également différents types d'armes, et certaines d'entre elles sont plus modernes que les armes des pays de l'OTAN ».

Le discours menaçant de Vladimir Poutine intervient à un moment critique de la guerre en Ukraine, alors que l'armée russe fait face à des revers, de lourdes pertes et que dans le même temps, les Ukrainiens reprennent des territoires occupés par les Russes.

C’est quoi l’horloge de l’apocalypse ?


Pour ceux qui ne la connaissent pas, elle a été créée en 1947 par des scientifiques spécialisés dans l’atome qui souhaitaient mettre en évidence le degré de risque d’autodestruction que l’humanité pouvait courir à la fin de la Seconde Guerre mondiale et surtout en pleine guerre froide entre les USA et l’URSS. Plus elle se rapproche de minuit et plus le risque de voir l’humanité disparaitre est grand. Si au départ elle représentait le risque d’une possible guerre nucléaire mondiale, depuis quelques années elle prend aussi en compte le changement climatique. Mais avec les derniers évènements dans l’est de l’Europe, le nucléaire a bel et bien repris la première place des préoccupations mondiales.

Événement d'actualité : Annonce de l'horloge du Jugement dernier 2022





Publicité

C’est la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires


Alors même que la menace nucléaire, synonyme de la fin de l’humanité, n'a jamais été aussi présente dans le monde ces derniers jours, avoir un monde exempt d’armes nucléaires semble être devenu utopiste. Ce qui était l'un des objectifs les plus anciens de l'Organisation des Nations Unies est devenu une Arlésienne. Et pourtant, dès 1946 cette question était déjà inscrite dans la première résolution de l'Assemblée générale, afin de réfléchir à des mesures spécifiques pour le contrôle de l'énergie nucléaire et l'élimination de tout type d’armes de destruction massive.

Comme nous l'explique le site des Nations Unies « à ce jour, il reste environ 12 075 armes nucléaires dans le monde et les pays qui possèdent de tels armements ont financé des plans à long terme pour les moderniser. Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des pays qui possèdent de telles armes ou font partie d'alliances nucléaires. La doctrine de la dissuasion nucléaire persiste en tant qu'élément des politiques de sécurité de tous les États détenteurs et de nombre de leurs alliés ».

L’expression du jour : être pris dans l’engrenage


C’est l’expression qu’il faudra essayer de placer dans votre conversation du jour à la pause devant la machine à café : « être pris dans l’engrenage ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a bien longtemps que nous semblons avoir perdu la main sur notre destin, la pandémie étant passée par là, accompagnée par la crise sanitaire mondiale et le conflit en Ukraine, ainsi que les tensions à Taiwan, ajouté à l’inflation galopante de ces derniers mois qui nous donnent vraiment l’impression d’être pris dans l’engrenage, de ne plus rien maitriser. Ces dernières semaines, l’on a un peu l’impression de se trouver dans un manège fou et quand nous pensons avoir touché le fond, il y a toujours une annonce pour en rajouter une couche.

( Temps de lecture : 3 minutes | L’illustration de notre article provient d’une capture de l’horloge Doomsday Clock du site Internet TheBulletin.org ce lundi matin. Tic-tac, tic-tac… )
 
Voir les commentaires  
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.