x

Peer to Peer, on nous aurait menti ?

Publié le
 
Il ne se passe pas une semaine sans que nous entendions parler des méfaits du peer to peer sur les ventes de musiques, la dernière pub en date avec le doigt levé smiley en est bien expressive, mais il semble que l’iceberg pour une fois, soit à l’envers…
Car selon le premier distributeur français de cd-audio, la FNAC, vient de commenté les résultat d’une étude qu’elle a commandé afin de savoir l’impact du P2P sur les ventes de CD. Et là, surprise (encore une fois smiley) car selon cette étude qui a été mené de manière sérieuse et par le biais d'entretiens avec de nombreux acteurs du secteur de la musique démontre que sur la baisse de 15% des ventes de CD seul 2, 3% sont imputable directement au P2P.
Pour le reste cela serait du a un prix trop élevé des Cd (ont ne peut pas leurs donner tort) une saturation du marché avec une forte progression du marché de l’occasion, mais surtout un manque d’originalité dans les offres avec un bon nombre de soap chanteur en tête de ligne. Pour vous en convaincre il vous suffit de regarder le TOP 20 des singles qui place en bonnes places les pseudo chanteur de la TV réalité.
Et surtout le porte monnaie n’étant pas extensible à l’infini, les dépenses se sont déplacées sur la téléphonie mobile, les jeux multimédia et surtout internet…
Bref cela ressemble fort a un désaveu des majors et ceux-ci devraient essayer de trouver une excuse plus probante pour justifier le fait de vouloir s ‘accaparer un système qu’ils ont ignoré au début à savoir le P2P.
Et surtout essayez de trouver des chanteurs qui aient un peu plus de voix et charisme smiley.

 
Voir les commentaires  
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.