x

Nadine Morano, ces propos contreversés sur Youtube

Publié le
 
Quand nous vous disions que le buzz se faisait plus autour des politiques que les peoples aujourd’hui, nous étions dans le vrai. Après Rachida Dati, c’est au tour d’une habituée de l’exercice, je veux bien sur vous parler de Nadine Morano, dont les propos contreversés lors d'une visite à Vénissieux tournent en boucle sur Youtube et les sites d’informations.
Nadine Morano le dérapage verbal
En plein débat sur l’identité Nationale, plusieurs personnes estiment que les propos de Nadine Morano sont déplacés, qu’il s’agit d’un nouveau dérapage verbal, même si certains estiment, dont la principale intéressée, que les propos ont été sortis de leur contexte. Des propos qui risquent surtout de stigmatiser un peu plus le débat sur l’identité Nationale.

Pour en revenir aux propos litigieux, Nadine Morano répond un jeune homme qui l'interroge sur la compatibilité de l'islam avec la République : « On ne fait pas le procès d'un jeune musulman. C’est sa situation et moi je la respecte. Ce que je veux, c'est qu'il se sente français lorsqu'il est Français. Ce que je veux, c'est qu'il aime la France quand il vit dans ce pays, c'est qu'il trouve un travail, c’est qu'il ne parle pas le verlan. C'est qu'il mette pas sa casquette à l'envers. C'est qu'il essaye de trouver un boulot, c’est qu'on l'accompagne dans sa formation. C’est tout ça, et je crois que si l’on veut être porteur de paix on doit accepter l’autre dès lors qu’il respecte nos lois». Sur qu’une casquette à l’envers et en parlant verlan cela ne fait pas très respect des lois.

Les paroles de Nadine Morano diffusées sur Youtube :
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.