x

Fuzz.fr attaqué en justice, les flux RSS en cause

Publié le et mis à jour le
 
Il y a eu l’affaire Wikio.fr, opposé à Olivier Dahan le réalisateur de la Môme,  et  maintenant c’est au tour du site agrégateur de contenu Fuzz.fr d’être attaqué à son tour en justice.
Maj: Eric Dupin dans un second billet nous en dis plus concernant le personnage à l'origine de la plainte: Olivier Martinez !

Dans les deux cas, les deux sites proposent des flux RSS, c'est-à-dire le titre et un début de contenu d’un autre site avec un lien pour y accéder, et ce de manière automatique.

Il est donc reproché à Eric Dupin fondateur de l'agrégateur de contenu Fuzz.fr d’avoir eu sur le site un lien (qui je le rappelle est juste un flux RSS provenant d’un autre site) renvoyant vers le site à l’origine de l’article litigieux sur un acteur (on ne sait pas son nom, mystère…).

Il lui est demandé 30 000 € de dommages et intérêts, le retrait du lien sous astreinte de 5 000 euros par jour de retard, 4 500 euros pour frais de procédure sans autres explications. Le jugement est prévu pour le mercredi 19 mars.

Eric Dupin qui a suspendu les publications de Fuzz y a laissé un billet à l’attention de tous :

Le temps semble se couvrir pour les sites collaboratifs et agrégateurs d'informations en ligne, dont Fuzz.

Fuzz est assigné en justice parce qu’un de ses membres a publié une info "portant atteinte à la vie privée" d'un acteur connu, avec une demande de dommages et intérêts dont le montant me donne un peu le vertige, sinon la nausée.

Vous comprendrez qu'en attendant que la décision de justice soit rendue
je ferme temporairement Fuzz.



Par rapport aux forums ou autres supports qui permettent de discuter et qu’il peut être possible de modérer dans la mesure du possible, comment faire pour les agrégateurs de flux qui proposent du contenu de manière automatisée.

Rien que Google avec sa partie actualité utilise des flux provenant de divers sites et blogs pour alimenter les fils d’informations de ses rubriques, dont TSO.

Cela veut-il dire que la propagation d’une information litigieuse ou non, est autant de la responsabilité du créateur que du rapporteur ? Dans ce cas il va falloir sérieusement revoir notre copie sur l’utilisation des flux RSS.

Le billet d’Eric Dupin sur cette affaire :
www.presse-citron.net

La page d'accueil et la mise à jour:
http://www.presse-citron.net/

 
Voir les commentaires  
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

 
Publié: 18-03-2008 22:36
Rang Anonyme
Rang Anonyme
 
icone-tso Re: Fuzz.fr attaqué en justice, les flux RSS en cause
Bonsoir,

je suis l’un des journalistes citoyens du site Surf The Info. Nous sommes dans la même situation qu’Eric Dupin. L’acteur en question nous demande 35 000 euros. C’est la mort assurée de ce journal citoyen crée en Septembre dernier. Ce site ne génère pas d’argent, au contraire, il en perd 300 euros par mois en frais de serveur! Autant dire qu’il est impossible de continuer l’aventure.
Si au moins l’acteur en question et son avocat nous avaient mis en demeure, nous aurions retiré l’article en question immédiatement. rappelons nous de la jurisprudence Laure Manaudou. Son avocat avait demandé aux blogueurs de retirer sous 48 h les photos nues de la nageuse et tout le monde s’était éxécuté.
Qu’on ne me dise pas que l’honneur de l’acteur en question a été altéré par ces articles lorsque l’on sait que ces modestes blogs ne dépassent pas la centaine de lecteurs. S’agit-il d’une affaire mercantile? Les avocats voient-ils dans le web 2.0 une nouvelle poule aux oeufs d’or alors que pratiquement personne en France n’arrive à en vivre? Je trouve cette histoire triste à pleurer, absurde, grotesque. Nous allons voir demain et le mercredi 26 devant le TGI de Paris des petits artisans du web sur le banc des accusés. Drôle de justice…