x

La LDH s'oppose au fichage informatique de nos enfants et propose une pétition

Publié le et mis à jour le
 
Une expérimentation nommée "base élèves" a vu le jour à l'éducation nationale dans les écoles primaires. Elle a aussi évolué parallèlement au niveau du fichier SCONET dans le secondaire. La LDH ( Ligue des Droits de l'Homme ) considère cette évolution du nombre de fichiers informatiques dangereuses pour la vie privée et réagit par un communiqué et une pétition qui a déjà été signée par plusieurs organisations.
Ces fichiers concernent en général des renseignements classiques, comme la date de naissance, la profession des parents, etc, mais elle comporterait également des données plus sensibles comme des informations sur les difficultés de l'élève, le lieu de naissance, ses absentéismes.

Il y a là un risque d'accroissement de ces données sensibles qui posent problème en ce qui concerne la vie privée, certains champs pouvant être accessibles aux maires, notamment en ce qui concerne leurs nouvelles prérogatives par la loi dite " prévention de la délinquance".

Certains champs concernant la nationalité, la date d'entrée sur le territoire, la langue parlée à la maison et la culture d'origine, ont été supprimés suite à des manifestations de l'automne dernier. Les outils informatiques peuvent faciliter la gestion de certaines données mais doivent se voir poser des barrières quand à la protection et l'utilité qui en est faite afin de protéger la vie privée.

A ce titre, la Ligue des droits de l’Homme, un certain nombre d’organisations (CEMEA, CGT, CGT PJJ, Confédération syndicale des familles (CSF), FERC-CGT, FSU, IRIS, Ligue de l’enseignement, SNES, SNUIpp, Sundep-Solidaires, Union Syndicale Solidaires, UNSEN CGT) lancent une pétition nationale pour demander l’arrêt de l’expérimentation « base élèves » et la remise à plat de l’ensemble des dispositifs informatiques existants contenant des données relatives aux enfants afin que soient assurées les garanties nécessaires notamment aux parents et aux enseignants en termes de protection des libertés publiques.
 
jean-mi
jean-mi
Le savoir, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale.... C'est en apprenant peu mais en retenant beaucoup que j'en suis arrivé à écrire des article sur TSO. Comme quoi, tout peut arriver !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.