x

L'étrange message envoyé aux téléchargeurs américains

Publié le
 
200 000 utilisateurs de KazaA et de Grokster ont reçu un drôle de message en plein téléchargement : "Attention : violation de propriété intellectuelle". Un avertissement signé du lobby américain du disque... et jugé totalement illégal par les responsables de KazaA...
"Ne volez pas la musique". C'est en gros le message qu'ont pu découvrir fin avril plus de 200 000 utilisateurs des services de peer to peer KazaA et Grokster. L'auteur de cet avertissement-surprise n'était autre que la RIAA (Recording Industry Association of America), le lobby américain qui rassemble les plus grandes maisons de disques.
Cette intrusion volontaire, a été réalisée par le biais d'une fonctionnalité de la messagerie instantanée disponible sur les logiciels d'échange de fichiers. Un outil de communication que le puissant syndicat américain des professionnels du disque est visiblement parvenu à s'approprier.
Dans un long message instantané, intitulé "Attention : violation de propriété intellectuelle", la RIAA explique aux internautes amateurs de peer to peer qu'ils pouvent être "facilement" identifiés et risquent, en conséquence, "des sanctions légales". Selon le magazine en ligne américain Wired, cette initiative s'intégrerait dans une nouvelle campagne anti-piratage sur la musique en ligne menée par la RIAA et soutenue par la Christian Music Trade Association et la Gospel Music Association. En vitesse de croisière, cette campagne pourrait aboutir à l'envoi "d'un million de messages instantanés d'avertissement par semaine", a indiqué un représentant de la RIAA.
Dans le camp du peer to peer, l'opération coup de poing a aussitôt été dénoncée par Sharman Networks, l'éditeur de KaZaA. Selon un porte-parole, "la société va s'opposer énergiquement à ces initiatives hors la loi qui violent les conditions générales d'utilisation du service et les droits liés aux données personnelles". Avant d'ajouter que ces actes "peuvent être assimilés à du spam, à de la tromperie et entretenir une certaine confusion".
La veille de cette opération, la RIAA avait essuyé un revers dans sa traque contre les services peer to peer. Un tribunal fédéral avait en effet estimé que les logiciels du type Groskter ou Morpheus ne violaient pas les lois sur le copyright et s'apparenteraient à des magnétoscopes ou à des photocopieurs. La contre-attaque n'a pas tardé.
 
Voir les commentaires  
Leblanc Cyril
Leblanc Cyril
En informatique, il y a soit des 0 soit des 1 le choix reste limité. Dans les actualités, le choix est vaste et il ne faut pas se contenter des articles sur Internet composés de 0 et 1. Comprenne qui pourra !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.