x

Le caddy type de la DGCCRF

Publié le et mis à jour le
 

Vous avez sans doute entendu hier le ministre de l’Economie et des Finances présenter son baromètre du pouvoir d’achat, le chariot type. Ce baromètre qui sera rendu public tous les trois mois permettra de connaître l’évolution des prix sur un panel de 861 points de vente, avec pour liste de « courses » 99 produits alimentaires (y compris les fruits, les légumes, la viande et les produits pour animaux), 14 produits d'entretien et 22 produits d'hygiène corporelle. Premier résultat, entre février 2005 et juin les prix ont baissé de quelques centimes…

Et pour ce résultat, quatre types de ménages ont été pris en compte.

·          Le célibataire
·          Couple de + de 65 ans sans enfants
·          Couple avec deux enfants
·          Couple avec 3 enfants

Le célibataire se retrouve donc avec une baisse de 27 centimes pour un caddy qui passe de 50 euros en février à 49.73 euros en juin.

Le couple de + de 65 ans sans enfants (ils sont grand smiley) passe pour sa part de 105 euros à 104.23 soit une baisse de 77 centimes.

Le couple avec deux enfants voit son caddy « dégringoler » de 74 centimes pour passer de 130 euros à 129.26 euros

Et pour finir le couple avec 3 enfants récupère 65 centimes avec un caddy qui passe de 143 euros à 142.35 euros.

Le miroir aux alouettes n’est pas loin en effet. Ce qu’il serai bon de prendre en compte, au vue de ces « énormes » baisses de prix serait sans doute les même caddy comparés aux caddy que nous avions avant le passage à l’euro, pendant le passage à l’euro et pour finir juste après le passage à l’euro.

Car la majorité des français n’est pas dupe. Ce qui est reproché à l’euro est essentiellement l’augmentation très sensible des prix qui en a résulté.

Vous voulez un exemple simple. Regardez le prix du petit noir au zinc du café de votre quartier. Avant le passage à l’euro il était courant de le trouver dans les 5 francs cinquante, pendant le passage à l’euro celui-ci est resté dans la même fourchette, mais après le passage à l’euro, celui-ci affiche 1 euro et maintenant il tourne dans les 1.15, 1.30 euros. Un peu gros comme augmentation.

La grande surface n’a pas échappé à la règle de l’euro. En quoi consiste cette règle en fait ?

Tout simplement que les français ont une certaine habitude des chiffres après la virgule, ce qu’ils considèrent comme de la menue monnaie. Mais au temps du Franc, 20 centimes ne représentaient pas grand-chose. Aujourd’hui à l’ère de l’euro, 20 centime cela fait tout de même un peu plus d’un franc 30 centimes.

Donc la règle à l’époque du passage à l’euro était que tout ce qui était après la virgule pouvait facilement être arrondi au centime ou plutôt à la dizaine supérieure. Bref la menue monnaie smiley

Du coup, les industriels et surtout les distributeurs ne se sont pas gêné pour « arrondir » les prix à leurs sauces et même si beaucoup d’entres eux ont clamé haut et fort ne pas avoir bougé les prix, les clameurs venaient bien après ces fameux arrondis.

La chronologie de beaucoup de grande surface a été la suivante :

Avant le passage à l’euro :

-     mise en place du double affichage
-     arrondi au centime supérieur quand ce n’était pas à la dizaine de centime.

Pendant le passage à l’euro

-          Pas ou peu d’augmentations avec un plan de communication qui allait dans ce sens, les augmentations ayant eu lieu bien avant.

Après le passage à l’euro

-         
Ajustement des prix en fonction de l’augmentation des tarifs fournisseurs et de nouveaux arrondis vers des prix dit psychologiques.

La ou le caddy blesse pour le consommateur se situe pendant la première phase dite de double affichage. Pendant cette période une multitude d’article à subit cette chronologie, non pas vers les PGC (produits de grandes consommations) en général ni vers les produits frais, mais principalement sur les produits hygiène, bazar (automobiles, biens de la maison, culture, bricolage…)

Par exemple pour un produit qui coûtait 8 francs 90 cts, celui-ci est passé en double affichage à 9,12 francs soit 1.39 € (le fameux prix psychologique du 9 à la fin) pour finir a 1.49 € pendant le passage à l’euro soit 9.77 francs, ce qui fait tout de même une augmentation en une année de 0.87 centimes de francs quand ce n’étais pas tout simplement un passage au prix de 1.99 €. Faites le calcul sur tous les biens de consommations courantes tel que les sacs poubelles, les produits ménagers, les piles, les accessoires pour vos animaux, les jouets… Cela fait beaucoup au bout du compte.

Même si je donne un exemple dans le vague, l’ensemble repose sur une certaine connaissance du phénomène ayant travaillé pour la grande distribution en qualité de gestionnaire et de ce fait ayant participé activement au yoyo des prix comme décris ci dessus et même d’une manière plus prononcée pour certains.

Donc même si  cette étude trimestrielle du coût caddy part d’une bonne idée, il n’en demeure pas moins que tout cela laisse bien enterré le problème principal, à savoir que nous avons été berné pendant le passage à l’euro et justement sur ce fameux caddy. Imaginez le tollé si cette initiative avait eu lieu pendant la transition franc / euro ?

Il en aurait tout simplement été autrement.

Donc pour finir il serait bien de comparer ces quatre caddy type d’aujourd’hui avec les mêmes avant et pendant le passage à l’euro, et surtout ne pas s’en tenir aux caddys mais voir l’ensemble des produits de consommation courant.

Normalement si tout est bien archivé, le COFIM (organisme qui compare les prix entre grandes surfaces) doit avoir une copie de ses relevés de prix effectués dans chaque magasin de France. Une bonne occasion de démontrer soit que cette news n’a pas de lieu d’être, soit que les français ont raison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.