x

La sieste: qu'est-ce qu'on nous enlèvera pas?

Publié le et mis à jour le
 
Mon oeil s'est arrêté sur un article consacré à la sieste, très bien écrit du reste. Mais qu'y apprends-je, incrédule, épouvanté? Que la sieste optimale dure 10 minutes. Qu'il s'agit d'une simple détente musculaire, d'une brève absence, à quoi il est possible d'atteindre assis, avec quelques rudiments d'autohypnose. Que cette "sieste"-là est si subtile qu'on peut la faire en présence et à l'insu de son entourage. Qu'on en ressort allégé, régénéré, tonifié. Ainsi la sieste est-elle convenable, à encourager même dans l'entreprise...
Et là je repose le journal avec une grande baffe sur le guéridon.
D'abord, il n'est pas question que la sieste soit récupérée par le monde du travail. Non mais jusqu'où iront-ils pour nous rentabiliser sous couleur de nous vouloir du bien? Que serait la sieste sans son parfum de transgression, de rapt clandestin dans l'ombre, de menu scandale égoïste? "Courez, bossez, minez-vous le plot, moi je ronfle", jubile le vrai siesteur en se renversant sur son divan.
Ensuite, comme l'amour, la sieste exige la durée. Elle est envoûtement, abandon, volupté. C'est l'indulgence, la réconciliation, la suavité planantes. Le pavillon des retrouvailles, le balcon paisible sur les paysages d'enfance, le nuage très haut, le puits aux idées. Et l'on prétend nous compacter cela en 10 minutes?
Au diable donc la quick sieste! Plutôt trimer! La sieste se veut ample comme une caverne. Une heure au strict minimum, si possible dérobée à la tâche, en pleine digestion de plats préférablement gras, à l'horizontale, tout téléphone débranché, rideaux tirés, avec une couverture, un oreiller...
Et vive le retour hagard en ce bas monde. Vive cette hébétude à ne plus savoir qui, quand, comment et pourquoi on est où, vivent ces angoisses, ces fantasmes, toutes ces questions qu'on ne voulait plus se poser, et parfois ces réponses magnifiques!
Quatre heures de l'après-midi. On boit du café noir, le regard perdu vers l'essentiel.
-Dis donc, t'es glauque...
Possible, mais on n'a pas perdu son temps, ah non. C'est même une belle journée qui commence...


Jacques-Etienne Bovard, professeur et écrivain.
 
Voir les commentaires  
Leblanc Cyril
Leblanc Cyril
En informatique, il y a soit des 0 soit des 1 le choix reste limité. Dans les actualités, le choix est vaste et il ne faut pas se contenter des articles sur Internet composés de 0 et 1. Comprenne qui pourra !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
 
 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.