Changer de banque : Les réponses à vos questions sur la mobilité bancaire

Par la rédaction de TSO le
 
C’est aujourd’hui qu’entre en action la loi Macron, une loi censée faciliter le changement de banque pour les particuliers. Alors pour changer de banque, le changement c’est maintenant ou vous compter rester dans le même établissement ? Les explications…
Mobilité bancaire (capture UFC Que Choisir)

Le changement c'est maintenant !

C’est à compter de ce lundi 6 février qu’entre en vigueur la loi Macron, à compter d’aujourd’hui vous ne serez plus dans l’obligation de vous occuper du transfert d’un compte à un autre de votre prélèvement EDF, celui de votre abonnement Internet ou bien de votre assurance automobile et habitation… Désormais, lorsque vous ouvrirez un nouveau compte bancaire dans une nouvelle banque, c’est cette dernière qui se chargera de tous les changements de domiciliation bancaire auprès de vos créanciers. C’est ce qui s’appelle la mobilité bancaire qui existait bien avant cette date, mais qui devient obligatoire à compter d’aujourd’hui.

Tous les comptes ne sont pas concernés

Attention toutefois, car tous les comptes ne sont pas concernés par ces nouvelles dispositions. Ainsi si vous pouvez sans problème changer de banque sans vous préoccuper des autres démarches, cela ne concerne que les comptes de dépôt et de paiement. De fait, les crédits immobiliers ou ceux à la consommation ne peuvent pas être transférés d’une banque à une autre banque. Dans ce cas, il vous faudra soit rembourser votre prêt par anticipation, soit racheter votre prêt avec votre nouvelle banque en vous acquittant des frais que cela engendre. En dernier ressort, vous pouvez conserver votre ancien compte le temps de terminer le remboursement du prêt, en prenant le soin de vérifier que vous n’avez pas obligation d’avoir vos revenus sur le compte initial du prêt, auquel cas la banque pourrait vous demander le remboursement intégral du prêt.



Une nouvelle banque en toute tranquillité... ou presque !

Bon, ne vous attendez pas à avoir les doigts de pied en éventail le temps que tout se mette en place, cela ne se fait pas en une signature, car il vous faudra dans un premier temps fournir le RIB de votre future ancienne banque. Ensuite vous aurez plusieurs précisions à apporter dans le « mandat de mobilité » de votre nouvelle banque comme la date d’annulation des virements effectués sur votre ancien compte, si vous demandez ou non la clôture de votre ancien compte et en cas de clôture, la date souhaitée de virement du solde sur votre nouveau compte. Mais i faut reconnaitre que cela s’avérera moins fastidieux et plus rapide que par le passé.

Un dispositif trop défavorable selon UFC Que Choisir

Si vous souhaitez en savoir un peut plus sur le changement de banque, UFC-Que Choisir a mis en ligne une FAQ à destination des particuliers qui répond à la plupart des questions que vous pouvez vous poser à propos de ces nouvelles dispositions. Pour cela, rendez-vous sur la page « Mobilité bancaire Vos questions, nos réponses », illustration de notre article.

Par contre pour l’association, le « mandat de mobilité bancaire » est une réponse imparfaite aux entraves à la mobilité bancaire, sa mise en œuvre ne sera pas aussi aisée qu’attendu et les usagers devront rester vigilants sur le fait de la gratuité du service notamment, mais aussi sur la non-facturation de frais d’incidents sur compte clos ou insuffisamment approvisionnés, relatifs à des prélèvements ou à la présentation de chèques.

Un comparateur bancaire sur Internet

Pour vous aider à choisir un nouvel établissement, UFC Que Choisir propose aux consommateurs d’utiliser son « comparateur bancaire indépendant », qui restera en accès libre pendant quelques jours, afin de prendre conscience des gains de pouvoir d’achat qu’ils peuvent réaliser… ou pas. Ne dit-on pas que l’herbe est plus verte ailleurs ?

Et à ne pas douter, lors de nos tests, l’herbe était plus verte sur Internet avec des banques en ligne comme Boursorama, Fortuneo, BforBank… avec des économies de gestion de compte allant de 86,50 € à 133,05 € pour une année avec une carte MasterCard et un compte en banque classique de base.

Il ne vous reste plus qu’à comparer !
 
 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.