PUBG c’est plus d’un million de tricheurs bannis en janvier avant le patch anti-cheat

Publié le
 
Playerunknown’s Battlegrounds (PUBG) est sans aucun doute un des plus grands succès de ces dernières années, le jeu est devenu en quelques mois une référence dans le monde du jeu en ligne. Mais qui dit succès dit aussi travers avec plus de 1 million de joueurs qui ont été bannis rien qu’au mois de janvier. Mais cela devrait changer avec l’arrivée d’un patch anti-cheat… ou pas. Les explications…
Capture jeu Playerunknown’s Battlegrounds (PUBG)
C’est le lot de chaque jeu vidéo qui rencontre le succès. Il y a d’un coté les joueurs qui souhaitent progresser dans le jeu et améliorer au fur et à mesure l’expérience de leur personnage et il y a de l’autre côté ceux qui ne souhaite pas attendre et sont prêts à tout pour arriver à leur fin. Et dans ce cas, la seule manière d’y arriver est de tricher de modifier des fichiers dans le jeu afin de rendre son personnage invulnérable ou bien avoir des vies illimitées ou dans certains jeux de first shoot, de pouvoir tirer au travers des murs.

PUBG un million de tricheurs bannis en janvier

Et Playerunknown’s Battlegrounds n’échappe pas à la règle, il faut dire que le jeu depuis sa sortie connait un succès phénoménal. Et sur Twitter les éditeurs du logiciel anti-triche « BattleEye » ont indiqué que « Nous avons interdit plus de 1 044 000 tricheurs du PUBG rien qu'en janvier, malheureusement, la situation continue de s'aggraver. »



Et si l’on regarde les autres Tweets de l’éditeur, ils ne sont guère positifs avec 1,5 million de bannissements au 28 décembre dernier et plus de 100 000 joueurs bannis juste sur un week-end en novembre dernier, ce qui portait le nombre de comptes bloqués à 700 000. Bref, pour l’éditeur débusquer les tricheurs est un combat de chaque instant et il ne sera jamais totalement résolu.

La fin des tricheurs sur PUBG ?

Sauf que l’éditeur du jeu « BlueHole Studio » a décidé de frapper fort en proposant un patch destiné justement à tarir ce fléau de la triche. Le patch a été testé dans un premier temps sur des serveurs de « dev » afin de vérifier que ce dernier était pleinement fonctionnel. Il s’agit d’une nouvelle solution anti-triche qui complétera les systèmes de protection du jeu déjà en place. Ce patch devrait bloquer principalement les programmes non autorisés, mais il sera encore développé au fur et à mesure des retours sur son action afin d’élargir la portée de ses capacités.

Et il sera surtout en mesure de détecter toutes les modifications dans un des fichiers du jeu PUBG qui servent surtout à modifier les graphismes ou à améliorer le gameplay du jeu. Et l’éditeur de préciser que « Les programmes qui ne sont pas utilisés pour obtenir un avantage injuste peuvent également être bloqués s'ils se comportent comme des tricheurs. »

Par contre il pourrait bien y avoir des dommages collatéraux, BlueHole Studio expliquant que les « programmes qui n'affectent pas la jouabilité peuvent être bloqués temporairement pendant que nous perfectionnons les nouvelles fonctionnalités anti-triche »

La fin du partage familial de compte PUBG

Avec cette mise à jour il ne sera plus possible d’utiliser la fonctionnalité de partage qui permettait de se servir de son personnage sur un autre compte Steam, la fonctionnalité ayant été désactivée pour l’instant, car elle présente plusieurs vulnérabilités qui sont actuellement exploitées.

En conclusion, à partir de cette mise à jour « Si vous trafiquez les fichiers du jeu, votre accès au jeu peut être bloqué, surtout si vous supprimez, modifiez ou manipulez de quelque manière que ce soit les fichiers affectant les systèmes de jeu et les mécanismes. » (dixit Dohyung Lee, le responsable de la gestion des services et de l'anti-triche). Tricheurs, vous voilà prévenu !
 
Ayoub Ibararhen
Ayoub Ibararhen
Passionné par le code source et le développement, j’apporte mon expertise dans la sécurisation des sites Internet et des systèmes d’exploitation. Je m’intéresse aussi au monde du référencement et à celui des jeux vidéo.

 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu!