WikiLeaks le site qui fait trembler le monde diplomatique

Publié le
 
Si l’on devait nommer le centre du monde aujourd’hui sur Internet, ce dernier se trouverait sur le site WikiLeaks qui fait l’objet depuis 24 heures de l’attention de tous les médias et gouvernements du monde entier. Il faut dire que ce dernier a commencé à mettre en ligne plus de 250 000 mémos confidentiels, mémos que l’on peut appeler les dessous de la diplomatie américaine.
WikiLeaks la bête noire des USA
Car la diplomatie comme son nom l’indique n’est que politique, apparence, courbettes, sourires et ententes cordiales, la liste pour expliquer la diplomatie étant sans fin. Mais il y a le « coté obscure » de la diplomatie, celui que l’on ne voit jamais à la télévision, que l’on ne lis jamais dans nos quotidiens, que l’on n’entend pas à la radio.

Et c’est ce « coté obscure » que WikiLeaks à mis en ligne, « coté obscure » qui dévoile le « vrai visage » ou plutôt les « vrais pensées » de la diplomatie Américaine envers les autres pays du monde dont la France.

On y apprend entre autre que la chancelière allemande Angela Merkel est « frileuse » évitant de prendre des risques, que le Premier ministre turc déteste Israël, que Nicolas Sarkozy est « susceptible », « autoritaire » et un « empereur nu »…




Rien de bien méchant me direz-vous, dans la plupart des cas nous le savions déjà ou nous l’avions deviné, du moins jusque là, car d’autres révélations risques d’avoir des conséquences plus fâcheuses sur la diplomatie avec entre autre le roi Abdallah d'Arabie Saoudite qui aurait appelé les Etats-Unis à attaquer l'Iran afin de « couper la tête du serpent », l'Iran qui aurait obtenu auprès de la Corée du Nord des missiles très performants capables d'atteindre l'Europe.

Depuis dimanche, les téléphones diplomatiques doivent chauffer et même la « bonne entente » cordiale que tout les pays semblent vouloir faire montre depuis hier soir, ressemble de plus en plus à un sourire crispé de circonstance.

Sur le site de WikiLeaks à l’origine de ce séisme politique mondial, dès la page d’accueil nous pouvons y lire que « le dimanche 28 Novembre 2010, Wikileaks a commencé à publier 251.287 mémos de l’ambassade des États-Unis, le plus grand ensemble de documents confidentiels jamais libérés dans le domaine public. Les documents seront proposés aux gens du monde entier afin d’avoir un aperçu sans précédent des activités à l'étranger du gouvernement américain.
Les mémos, qui date de 1966 à la fin du mois de Février de cette année, contiennent les communications confidentielles entre 274 ambassades dans différents pays à travers le monde et le Département d'Etat à Washington DC. 15.652 de ces mémos sont classés secret. »

A ne pas en douter, la photo de Julian Assange, le dirigeant de WikiLeaks, doit être épinglée dans toutes les ambassades Américaines. Après la crise monétaire qui n’en finit pas, une crise politique mondiale pourrait bien commencer !

Pour l'instant, seul 5 grands quotidiens dont le New York Times, le Spiegel, le Guardian, El Pais et Le Monde ont publié les premières brides de mémos ou analyses des mémos.

OWni.fr, bien informé sur le site WikiLeaks.org, a de son coté annoncé le nombre de mémos mis en ligne sur le site de WikiLeaks et ceux des différents médias partenaires :
• 226 mémos sur le site dédié de WikiLeaks
• 27 documents sur le site du Guardian
• 18 Statelogs sur le site du New York Times
• 17 télégrammes sur le site d’El Pais
• Aucun document n’a été publié sur le site du Monde.
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu!