Internet censuré pour les Jeux olympiques de Pékin

Publié le
 
A quelques jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin 2008, ce n’est pas le coté sportif qui fait parler de lui mais plutôt le coté obscur de la Chine. Alors que la Chine semblait dans un premier temps se montrer conciliante en ce qui concerne la liberté de l’accès à l’information sur internet pour les journalistes qui couvrent l’évènement, voila qu’aujourd’hui se dessine un autre son de cloche.
Finis la liberté, place à la censure. Il n’est donc plus possible d’accéder à certains sites depuis une connexion en Chine comme ceux de Reporters sans frontières, de la BBC ou d'Amnesty international.      

Et pour justifier ce retour en arrière, la Chine se contente de répondre que l’accès n’a jamais été envisagé en « illimitée » mais seulement de manière à permettre aux journalistes de travailler dans de bonnes conditions, quand ce n’est pas la réponse que les sites qui ne peuvent s’afficher ont tout simplement quelques problèmes d’hébergements.

Pour l’instant le CIO semble abonder dans le sens du gouvernement de Chine, n’ayant en effet pas d’autres solutions de rechanges à quelques heures de l’ouverture des JO, ni surtout, la possibilité de faire pression sur le gouvernement Chinois afin que ce dernier demande plus de souplesse dans la censure sur l’Internet Chinois.

En Chine, qui compte quelques 253 millions d'internautes, il ne doit pas être facile tout les jours de surfer, avoir une surveillance constante qui peut conduire un internaute Chinois à se retrouver en prison, si par malheur un mail dénigrait le pouvoir en place.

Bref, après la pollution qui ne semble pas vouloir quitter le ciel de Pékin, et la censure sur Internet, on se demande ce qui peut encore se passer !
 
chabot thierry
chabot thierry
Passionné par les ordinateurs depuis son premier PC-1512, il est l'auteur principal des articles concernant Internet, les OS et les moteurs de recherches. Il répond souvent sur les forums avec le pseudonyme Cthierry pour proposer des solutions.

 
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu!